Prendre un animal sauvage comme animal de compagnie : goût du danger ou question d’ego ?

by

Un animal de compagnie, c’est tout ce qu’il y a de plus mignon comme animal dans votre maison avec vous. Les choix sont multiples : il existe une variété d’espèces de chiens, de chats, de perroquets, de cochons d’Inde, etc. Mais il arrive de tomber sur des animaux de compagnie totalement insolites qui inspirent plus la peur que l’amour. Leur propriétaire sont en général des gens riches, qui soit ont un penchant pour le danger, soit ont besoin de flatter leur ego ou soit aiment juste ces animaux.

Ramener le sauvage à la maison

Vous avez certainement dû tomber sur des personnes sur internet qui, comme animal de compagnie, ont choisi d’adopter une race d'animaux qui sont plus réputés pour être des animaux sauvages qui des animaux domestiqués. C’est ainsi qu’on tombe souvent sur un véritable élevage de serpents, des crocodiles, des loups ou même des lions qui sont domestiqués. Mais comment des animaux aussi dangereux peuvent-ils devenir de dociles animaux de compagnie ?

Histoire d'ornement ou de décoration

En effet, dans la généralité, il s’agit juste d’orner. Ces animaux ne sont pas toujours laissés en liberté et sont très bien dressés depuis qu’ils sont bébés, pour annihiler en partie leur instinct animal. Puis, à force de dressage et de bon entretien, on obtient des animaux sauvages qui se tiennent au pied et sont réellement considérés comme des animaux de compagnie. Ils sont soit utilisés pour faire preuve de richesse et donc il s’agit d’une question d’ego, ou alors ils sont dressés parce que leur propriétaire a un faible pour cette race particulièrement, ce qui est peu commun.

Le danger est permanent

Avoir un lion dans sa cour , peu importe qu’il soit en cage ou pas, avec un serpent qui siffle dans un bac quelque part dans son salon, on est tous d’accord que ça peut faire très peur à n’importe qui. L’instinct animal peut se réveiller à n’importe quel moment et prendre le dessus, ce qui pourrait avoir des conséquences bien désastreuses. Alors à défaut d’aimer prendre des risques, il serait quand même mieux d’opter pour un chien qui est quand même plus jovial et moins effrayant qu’un lion.

By